Débat sur la reprise des écoles

Publié par admin le

Notre liste « Jouy-le-Moutier en commun », conduite par Gérard Januario, est candidate aux élections municipales, qui sont actuellement en suspens. Nous nous opposons à la politique du maire sortant : son bilan est mauvais, son programme s’éloigne des besoins des Jocassiens, il est de droite, nous sommes de gauche.

Mais ce n’est pas une raison pour faire de la politique politicienne à tout bout de champ, surtout quand les vies de nos enfants (et nos vies à tous) sont menacées. Menacées, oui car le gouvernement a décidé pour des raisons idéologiques de rouvrir les écoles alors que le coronavirus court toujours et que le Val d’Oise est l’un des trois départements les plus touchés.

Heureusement, 316 maires d’Ile-de-France, de tous bords politiques, ont réagi et signé une tribune dans laquelle ils appellent l’État à prendre ses responsabilités et à suivre l’avis du conseil scientifique (dont le gouvernement a nommé tous les membres) en repoussant la rentrée au mois de septembre. De nombreuses écoles du Val d’Oise ont également pris position en ce sens : http://cgteducaction95.ouvaton.org/spip.php?article144

C’est cette tribune collective qu’un autre candidat à la mairie de Jouy-le-Moutier (Hervé Florczak) a décidé d’attaquer. Il ne se rend pas compte de l’impossibilité qu’il y a à respecter dans nos écoles les protocoles sanitaires que la situation impose.

Comme le rappelle cette pétition de la FCPE, que nous vous invitons à signer (https://www.fcpe.asso.fr/petition/exigeons-un-arret-covid-pour-tous-les-parents), « à partir du 1er juin, il faudra en plus justifier de l’impossibilité pour l’école d’accueillir votre enfant ou produire un certificat médical pour prouver votre vulnérabilité sinon, ce n’est plus 70 % de votre salaire que vous percevrez, mais… 0 %, donc rien ! ». Autrement dit, dans les communes où les écoles seront ouvertes, les parents n’auront le choix qu’entre perdre leur salaire ou mettre leurs enfants en danger, avant peut-être de s’entasser dans des RER avec des centaines d’autres travailleurs venus eux aussi de départements classés « rouge ». C’est ce chantage ignoble que messieurs Macron et Florczak veulent imposer aux plus fragiles d’entre nous. Comment peuvent-ils, dès lors, parler de volontariat ?

Si c’est l’État qui décide de prolonger la fermeture des écoles, comme l’y invitent ces 316 maires, les médecins, les scientifiques, syndicats et fédérations de parents d’élèves, les règles d’indemnisations actuelles seront également prolongées. Sinon, il n’y aura pas pour les maires de solution parfaite : il faudra gérer et surtout agir collectivement car, plus il y aura de communes sans écoles, plus il sera facile pour chaque parent de démontrer à son employeur le bien-fondé de son absence au travail.

Notre équipe a récemment adressé au maire sortant une lettre ouverte sur ce sujet (https://jouy-le-moutier-en-commun.fr/?p=499). Tout en plaidant contre la ré-ouverture des écoles (dangereuse et sans intérêt pédagogique à un mois des grandes vacances), nous l’invitons également à recenser les familles Jocassiennes qui n’auraient vraiment pas d’autre choix que de confier leurs enfants, afin d’organiser pour eux des garderies par petits groupes (10 maximum) dans de bonnes conditions sanitaires, comme cela se fait déjà pour les enfants des soignants. Si vous êtes dans ce cas, nous vous invitons à vous signaler dès maintenant.

Catégories : Tracts et publications